LA DAME QUI PIQUAIT LES COEURS

(Livre I : Les Caprices de Cupidon - 2018 - Autoprod.)

«Quand l’estomac tiraille entre le Sucre et l’Acide, à quelle sauce va-t-on bien pouvoir manger ce cœur ? » A la sauce d’un talent mêlant les deux avec un rare bonheur.
De celui d’une écriture qui pique les cœurs par un réalisme dur ou une poésie mélancolique ; de celui d’une voix qui hurle une souffrance ou qui murmure un p’tit bonheur comme cet «Enfant aux yeux de printemps». (La Nouvelle République)

«Entre chanson française et musique de film, elle dessine un album-concept puissamment évocateur, à l’orchestration riche (cordes, vents, piano et instruments rock), dont l’atmosphère à la fois sombre et fantaisiste rappelle les films de Jean-Pierre Jeunet et de Tim Burton. Les textes poético-macabres se lovent au cœur de musiques néoclassiques enveloppantes et lyriques, qui devraient ravir aussi bien les amateurs de musique progressive que les cinéphiles.» (Coyote Mag)

«Nehl Aëlin cultive la beauté, se passionne pour l’élégance du mot autant que pour son impact évocateur, toutefois le disque ne fait pas la part belle à la seule parole : la Dame est aussi compositrice, elle joue elle-même de multiples instruments, et la richesse des arrangements laisse l’auditeur sans voix. La Dame qui piquait les cœurs recèle une complexité forte de sons et d’ambiances qu’on n’a guère coutume d’entendre ailleurs, chez d’autres artistes de la chanson. Suprême surprise : tout l’album n’est pas chanté, et le sommaire recèle plusieurs pistes instrumentales — d’inspiration elles-mêmes très cinématographiques — qui nous font voyager d’une chanson à l’autre, comme si la Dame vivait en un château dont nous visitions les pièces une à une en transitant par d’envoûtants corridors symphoniques.» (Webzine Khimaira)

LE MONDE SAHA

(2ème album solo - 2012 - Danse Macabre Records)

«Le Monde de Nehl Aëlin est donc aussi luxuriant qu’envoûtant, et son exploration n’est pas prête de nous lasser...» (Prémonition)

«Ce disque, malgré sa diversité, reste d’une grande cohésion, exercice peu évident et qu’il est bon de saluer lorsqu’il est réussi. Je ressors de cette expérience totalement séduit et conquis. N’hésitez donc pas à votre tour à plonger dans l’univers de Nehl que monsieur Jean Pierre Jeunet, cet autre faiseur de monde, a eu la bonne idée de produire. » (A suspension bridge)

« Nehl Aëlin m’a fait voyager dans son dernière album et je vous recommande définitivement d’y jeter un oeil.» (Shibuya-eki)

« Le Monde Saha confirme que Nehl Aëlin dispose d’une voix dont il est possible de tomber amoureux. En ces temps de formatage et de télé-crochet prémâché, cette évidence est d’autant plus précieuse.» (Les Immortels)

 

GHOST OF A CHILD

(1er album solo - 2005)

«Magnifiquement orchestrée, cette bande originale mutante de conte gothique révèle au fur et à mesure des écoutes des subtilités et trouvailles impressionnantes. Chapeau bas.» (Versus)

« Un disque ambitieux, original, étonnant et réussi (proposé dans un très beau packaging). Bravo ! » (Longueur D'ondes)

« Tour à tour triste, inquiétant, drôle, décalé, innocent, enjoué ou grave, le petit théâtre néoclassique et féerique de Nehl est une merveille. Un album à se procurer de toute urgence. » (Elegy)

« Son Ghost of a Child est passionnant, ténébreux comme une histoire pour enfants pas assez sages. Une dose de terreur et de poésie mêlées, à l'unisson, génère à fleur de peau un lyrisme enfantin et tourmenté, parfois religieux. La très délicate attention musicale ramène alors au pays des premiers cauchemars et le rendu , paradoxal, semble dépeindre un rêve qui, en trois actes, emprunte de sinueux chemins. Sur ces derniers, parfois la lumière apparaît. Sables mouvants, pour beauté inclassable. Si un enfant reste en vous, quelque part, vous y reconnaîtrez des bouts de paysage. » (D-side)

 

DEMONS' ABORTION

(Démo - 2002)

«Un condensé de délicatesse, d'intelligence et de beauté. Nous recevons pas mal d'albums signés qui n'arrivent pas à la cheville de ce disque. Alors par pitié ! Qu'un label donne à Nehl les moyens qu'elle mérite !! » (Elegy)

« Une collection de styles qui loin d’alourdir l’album, lui donne un petit coup de folie, pari relativement périlleux dans une industrie musicale sclérosée par les étiquettes. » (Premonition)

« Audacieux, métissant sans crainte des genres contrastés voire opposés, Demons Abortion est une flamboyante réussite, fruit de la sensibilité de son auteur. On ne peut que chaudement vous recommander de la contacter pour le découvrir. Une nouvelle orchidée vient de voir le jour, ne manquez pas son éclosion. » (Khimaira)

« Une œuvre belle, ample, très riche et qui laisse présager d’un futur encore plus riche. A suivre de très très près. » (Obsküre)

 

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now